Richard Bona
underline © Copyright 2013 Rock Interviews dot com, Photos : Rock-Interviews.com.
manche

UkEnglish Version

vidCette icone indique une vidéo

Interview - Richard BONA
15 Mai 2013


Richard Bona Site
LogoTransbo

  1. Bonjour Richard.
  2. Video(c) Copyright Rock-Interviews.com

    Bonjour.

    AM : Bienvenue à Lyon, au Transbordeur, où tu vas jouer ce soir. Comment se passe ce début de tournée en France ?

    Plutôt bien. L'album a été bien accueilli. On a déjà fait 3 concerts, dont un en plus petit comité, à la radio chez RTL. On a participé à Jazz Sous les Pommiers à Coutances, ensuite on a joué au Plan à Ris-Orangis. Je n'avais pas joué en France depuis un moment avec mon groupe, alors c'est chouette !



  3. Nous sommes heureux de t'accueillir sur notre site rock-interviews. Tu es né en Afrique, à Minta au Cameroun en 1967. Tu es bassiste, mais le premier instrument de musique que tu as eu entre les mains n'était pas une basse.
  4. Video(c) Copyright Rock-Interviews.com

    Non, mon premier instrument était un balafon que m'a offert mon grand-père qui était musicien. Il l'avait fabriqué lui-même. La basse est venue bien après.

    AM : Le balafon, c'est une sorte de xylophone ?

    Oui, c'est l'ancêtre du marimba.


  5. Quelles ont été tes influences musicales quand tu étais enfant et adolescent ?
  6. Video(c) Copyright Rock-Interviews.com

    Ma première influence musicale a été celle de mon grand-père et celle de mon entourage familial, toutes les personnes qui ont joué autour de moi. Ensuite, comme je vais habiter en ville avec mes parents, je commence à écouter de la pop africaine, comme on dit, de la musique populaire africaine, avec des artistes locaux. Et puis en ville on reçoit des influences musicales à travers les ondes radio, à l'époque pour nous c'était aussi des cassettes et des vinyles, on recevait des albums, on écoutait des albums qui venaient de France ou des Etats-Unis. J'ai commencé à écouter du Jazz à l'âge de 14-15 ans.



  7. Tu as vécu dans plusieurs pays et continents, l'Afrique, l'Allemagne, la France, les Etats-Unis. Quels souvenirs majeurs gardes-tu de tous ces lieux divers et variés ?
  8. Video(c) Copyright Rock-Interviews.com

    Plutôt un bon souvenir. Je dis souvent que l'on apprend beaucoup de la différence. Là où j'ai appris le plus c'était là où les gens étaient différents de moi. C'est dans la différence que l'on apprend beaucoup car justement tout est différent ! Mon passage en France a été super. J'ai gardé plein de bons souvenirs et surtout plein d'amis, et beaucoup de musique. C'est un apprentissage. Pour moi c'était comme un passage obligé, et pareil pour mon séjour aux Etats-Unis. Et tous les voyages que j'ai faits, car même si je n'ai pas habité en Inde, j'y vais régulièrement, et le fait de tisser des liens avec des musiciens indiens ou cubains ou russes, on finit par beaucoup apprendre parce qu'ils jouent une musique différente de la mienne. Il faut toujours s'ouvrir sur d'autres choses et laisser entrer en nous certaines choses.


  9. Tu as collaboré avec beaucoup de musiciens, Didier Lockwood, Manu Dibango, Chick Corea, George Benson, Jacques Higelin.
  10. Video(c) Copyright Rock-Interviews.com

    Oui, Jaco.

    AM : Larry Coryell.

    Oui.

    AM : Nous avons son fils sur rock-interviews.

    Julian ?

    AM : Non, Murali.

    Ah, le plus jeune ! Oui, je connais bien Julian, je connais moins Murali.

    AM : Qu'est-ce qu'elles-t-on apporté toutes ces différentes collaborations ?

    Tu as nommé les maestros. Si on prend par exemple la guitare, que ce soit Larry Coryell ou Mike Stern ou Pat Metheny, George Benson, les gens que j'ai accompagnés, ceux avec qui j'ai joué, ils jouent tous du même instrument mais ils sont tous tellement différents, chacun a son style. Tu prends n'importe quel guitariste que ce soit Biréli Lagrène ici en France ou Sylvain Luc, tous ont un son bien particulier et une personnalité que tu retrouves avec ce même instrument qui est la guitare. J'ai beaucoup appris de toutes ces personnes, mais l'apprentissage de la musique ne finit jamais.

    AM : C'est vrai.

    Plus on avance, moins on sait en fait !

    AM : On apprend tous les jours.

    Oui, on apprend tous les jours et tu es très humble par rapport à la musique car c'est tellement vaste, c'est un peu trop vaste !


  11. Depuis 1999 tu fais une carrière de chanteur solo.
  12. Video(c) Copyright Rock-Interviews.com

    Oui.

    AM : Tu as 7 albums à ton actif.

    Wouahou 7, déjà.

    AM : On les a tous.

    Incroyable.

    AM : Bernard, le caméraman, est un très grand fan.

    (Richard riant) Il n'est pas très grand.

    AM : A travers ces différents albums on a l'impression que tu appartiens à la Musique avec un grand M, puisque tu n'as pas spécialement d'étiquettes musicales. Que penses-tu de cet avantage ?

    Je ne sais pas si c'est un avantage. Je l'ai toujours voulu ainsi. Je n'aime pas jouer tout le temps la même musique, même la mienne.

    AM : On s'ennuie.

    Oui. C'est pour cela que vous me retrouvez à faire des sidebands, à jouer avec beaucoup d'autres gens. J'étais au Brésil avec un orchestre symphonique, avant cela j'étais avec Lauryn Hill pour son album. Et avant de jouer avec l'orchestre symphonique je suis allé jouer sur l'album de Stevie Wonder. Maintenant je m'occupe de mon projet, et entre deux j'ai joué avec un guitariste hongrois, gipsy, comment dit-on ? Gitan ?

    (c) Copyright Rock-Interviews.com AM : Oui.

    Qui est Ferenc Snétberger. On a fait deux très beaux concerts. Je vais jouer également avec l'orchestre symphonique d'Amsterdam à Hoofddorp après cette tournée. J'aime bien cette...

    AM : Diversité.

    Voilà, et aussi pour mes oreilles. Et peut-être parce que je joue également de plusieurs instruments. Les gens disent c'est le bassiste, mais je ne peux pas jouer de la basse plus de deux heures. Quand je joue de la basse au bout d'une heure et demie cela commence à me faire chier, je le dis sincèrement, et du coup je peux aller jouer par contre de la guitare et là je me sens comme renouvelé ! I am more reveled you know. Et puis deux heures après je suis au piano et là je retourne à la basse. Je peux passer une journée comme cela à jouer. C'est comme ça que je conçois la musique. La musique avec un seul instrument, non non ! Cela se reflète peut être aussi par le fait que je change toujours de formation, de concept aussi. Cet album je l'ai voulu très très acoustique par exemple.



  13. Justement, nous allons parler de ton dernier album qui s'appelle Bonafied.
  14. Video(c) Copyright Rock-Interviews.com

    AM : Bonafied ?

    Yes.

    Pourquoi ce titre ? La terminaison du mot est en "fied" et non en "fide" qui est le vrai terme en anglais, qui veut dire authentique. Je l'ai conjugué, j'ai fait un jeu de mots, comme j'ai un background très français et qu'en français on manie bien la langue, j'ai voulu faire un peu de littérature à ma façon en anglais. On a choisi Bonafied pour dire comme authentifié, voilà.

    AM : J'avais lu que cela voulait dire good faith en anglais.

    Oui c'est cela aussi, mais you know quand on dit that's some bona fide, c'est vraiment très original ou authentique.

    AM : OK. A qui est-il dédié cet album ? On va le montrer parce qu'il est beau !

    (Richard montrant sa photo) : Est-ce que c'est moi ? (riant) Non !

    AM : Il y a de très jolies photos.

    Merci. I feel good!

    AM : Donc à qui est-il dédié cet album ?

    Il est dédié à mon grand-père. C'est également un album de révolte, de ras le bol. L'idée est venue d'une interview à New York quand j'étais sur un plateau radio avec plusieurs autres artistes. Je trouve que notre façon de concevoir les choses aujourd'hui, que tout est en train de changer sans que l'on s'en rende compte. Les DJ sont devenus des créateurs. J'entends cela sur un plateau radio, alors je dis : Remettons quand même les choses à leur place ! J'aime beaucoup les DJ, j'ai des amis DJ, mon fils fait souvent le DJ, you know it's cool, mais il ne crée pas. Le DJ n'existe que si un musicien existe.

    AM : Tout à fait. (c) Copyright Rock-Interviews.com

    Cela ne devient plus de la création, mais est-ce que cela m'étonne ? Non. J'ai donc composé une chanson qui est intitulée Tumba La Nyama, qui veut dire la tribu des animaux. Ce sont les animaux qui se réunissent un jour dans la forêt et décident d'évaluer l'être humain. Ils lui demandent, mais pourquoi es-tu si triste ? Chaque fois que l'on te voit tu es triste. L'être humain leur dit : Vous avez de la chance car vous connaissez tous les secrets de la nature. L'oiseau vole, il est libre, il va où il veut, le poisson nage dans tous les océans, l'éléphant est fort, le guépard court très vite, l'aigle a une vision extraordinaire. Vous avez tous les secrets de la nature que je n'ai pas, alors voilà pourquoi je suis triste. Les animaux lui disent, on va t'apprendre tous ces secrets, il ne faut pas que tu sois triste, cela ne sert à rien. L'être humain dit : Ah bon ? Oui, appelle les animaux, grâce à eux tu vas connaître tous les secrets de la nature. Tu vois comment l'être humain est devenu l'inventeur de l'aéronautique, il a invité le sous-marin, l'inventeur, on aime bien ce mot, mais l'être humain n'a jamais rien inventé. Tout ce qu'on a fait c'est de reproduire, tout ce que la nature avait déjà plus ou moins, avant même notre existence. Cela revient à dire sur mon album, d'un seul coup aujourd'hui les DJ sont créateurs, wait a minute, créateur de quoi ? Bientôt aussi inventeurs de la musique ? Dans ma chanson je dis heureusement qu'ils ne contrôlent pas encore l'air, on le paierait comme l'essence ! C'est vrai, on rigole, mais quand j'étais gamin tu m'aurais dit que j'achetèrais de l'eau un jour, j'aurais tout parié, j'aurais juré que jamais je n'achèterai de l'eau, on ne fait pas d'argent avec l'eau c'est gratuit, ça se donne. But guess what? J'achète de l'eau aujourd'hui, et cela est mon point de référence. J'ai plein de chansons qui relatent notre manière d'être, notre état d'esprit aujourd'hui dans le monde, tu vois.



  15. Il y a 11 titres sur ton album.
  16. Video(c) Copyright Rock-Interviews.com

    Oui.

    Des titres en anglais comme " Uprising of Kindness ", des titres comme Diba la Bobe ou Dunia E qui sont chantés en quelle langue, puisqu'il existe 200 langues locales au Cameroun ?

    Que je ne parle pas ! Je ne parle pas toutes ces langues. Non je parle le douala, un peu le bassa.

    AM : C'est déjà beaucoup.

    Oui, je parle en plus le français, l'anglais, un peu le japonais.

    AM : C'est très bien.

    AM : Il y a également sur ton album une chanson en français, La fille d'A Côté.

    Oui c'est mon amie Camille qui a bien voulu me prêter main forte. J'ai reçu aujourd'hui un e-mail, nous sommes numéro 1 pour les ventes iTunes.

    AM : Bravo.

    Quand même, s'il vous plaît, numéro 1. Mais pourvu que ça dure. Cela va durer 2 secondes, (riant) oh zut on est déjà numéro 2 ! Je plaisante. Camille a écrit les paroles de cette chanson que j'ai composée. Elle a tout de suite embrassé la mélodie à sa façon. C'est une artiste que j'aime beaucoup, je la connaissais avant qu'elle fasse des albums. J'aime bien son vibe !



  17. Est-ce que tu prêtes une attention toute particulière à l'enregistrement de tes albums ? On trouve que la qualité d'enregistrement est supérieure à beaucoup d'autres disques.
  18. Video(c) Copyright Rock-Interviews.com

    C'est moi qui l'ai enregistré. J'ai deux studios. Je passe beaucoup de temps à jouer mais je passe aussi beaucoup de temps à étudier le matériel. J'ai des préamplis des années 50. Je suis un collectionneur aussi de vieux matériels. Je n'aime pas le digital, on dit le numérique. Je n'aime pas trop tout ce matériel, je préfère très souvent enregistrer chez moi. J'ai des préamplis que tu ne trouverais pas et des micros qui sont rares aujourd'hui et je les entretiens bien.

    AM : Oui, c'est important.

    Pour l'enregistrement je suis aux aguets, attention, je suis avec le bâton !



  19. Qui sont les musiciens qui vont jouer avec toi ce soir ? Peux-tu nous les présenter ?
  20. Video(c) Copyright Rock-Interviews.com

    Oui nous avons Etienne Stadwijk, qui joue du clavier et qui est là depuis le premier album. A la guitare j'ai un de mes anciens élèves, Adam Stoler. J'ai enseigné à la NYU, New York University, et il a été dans ma première classe pendant deux ans. C'est un grand maintenant il tourne avec moi ! Obed Calvaire qui est un excellent batteur, qui, sur la place new-yorkaise joue pratiquement avec tout le monde. Johan Renard est au violon, il fait partie d'un quatuor à cordes français de jeunes musiciens très talentueux, c'est Pierre Bertrand qui me les a recommandés. Mario Forte au violon également, Frédéric Pallas à l'alto et Jean-Philippe Feyss au violoncelle.

    AM : Merci Richard pour ton temps. Merci d'être un bassiste virtuose, qui a une voix magique (Richard chante) et toujours le sourire.

    All the time!

    AM : De la bonne humeur et de l'humour.

    Il n'y a que ça de vrai finalement.

    AM : Et " des musiques " à partager avec tous tes fans du monde entier. Bon concert pour ce soir.

    Merci et bon concert à vous aussi.

    AM : Oui nous serons là pour t'applaudir.

    (Richard mimant). Bye !

(c) Copyright Rock-Interviews.com (c) Copyright Rock-Interviews.com (c) Copyright Rock-Interviews.com (c) Copyright Rock-Interviews.com (c) Copyright Rock-Interviews.com (c) Copyright Rock-Interviews.com


Richard Bona Site
LogoTransbo